Excelle en excellence

Aujourd'hui maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas.
Avatar de l’utilisateur
Madoff
Messages : 3260
Enregistré le : 15 nov. 2008, 00:00

Excelle en excellence

Messagepar Madoff » 27 mars 2009, 14:06

[center]Image[/center]

Livre I, Episode 1


Réunion du Conseil: on redouble tous

Aujourd'hui, on est monté à Paris pour la réunion du Conseil annuel de pré-saison. On a parlé, ben de ce qu'il passe avant la saison, quoi. En fait, le principe c'est que le président nous réunit pour discuter. En vrai, c'est plutôt lui qui discutait, nous on était trop occupé à écouter, c'est pour ça.

Alors, le président a dit que ça pouvait plus continuer comme ça, qu'il en avait ras le béret. Au départ, j'ai pas compris vu qu'il avait rien sur la tête mais puisque tout le monde était concentré, j'ai fait moi aussi mon regard super concentré. A cause de ça, j'ai chopé un gros mal de crane comme si Rambo m'avait crié très fort dans ma tête. Et puis, moi, j'ai trop rien dit vu qu'en fait je savais même pas ce que je faisais là.

En fait, tout a commencé, quand le président himself m'a laissé un message sur mon nouveau répondeur tout neuf. Il disait un truc comme que j'devais venir le voir au plus vite et qu'il avait beaucoup besoin de moi et que il comptait sur moi à cause que j'ai une bonne réputation. Ou un truc du genre. Moi, j'ai pas tout capté, et puis même si je fais juste mon boulot à La Poste correctement qu'il m'a dit mon boss, je vois pas pourquoi on me demandait moi spécialement. Vu qu'il y avait une grosse voiture du genre berline noire garée devant chez moi - oui je l'ai reconnu parce que c'est un peu ma passion les voitures, en plus de collectionner les maquettes des plus grands monuments français, j'en ai autour de 150 chez moi mais je dévie un peu là. Donc, j'ai pas fait le difficile et je suis rentré dans la voiture sans savoir pourquoi ni parce que.

Enfin bref, le président a dit que j'étais l'homme de la situation. J'ai demandé c'était quoi la situation mais ils m'ont tous regardé avec des gros yeux tout noirs comme quand ma maman me regardait après une bêtise. J'ai baissé la tête et j'ai continué à me concentrer pour écouter.

Après ça, le président m'a demandé si j'en étais. Comme j'avais peur qu'il me refasse les gros yeux, j'ai hoché la tête sans savoir vraiment ce qu'il me demandait, trop occupé à compter le nombre de tubes de colle qu'il me manquait pour finir ma toute dernière maquette. Apparemment, il était ravi, vu que ses yeux se sont illuminés. Il m'a serré dans les bras très fort, un peu comme dans les films, et on s'est quitté bons amis. En partant, il m'a donné un bout de papier sur lequel était marqué où je devais me rendre le lendemain. Ça me dérange pas trop, je suis en RTT demain.
2Pac died because he lived the thug life. This 6 pack is going to die because I live the chug life.

Avatar de l’utilisateur
Madoff
Messages : 3260
Enregistré le : 15 nov. 2008, 00:00

Excelle en excellence

Messagepar Madoff » 27 mars 2009, 14:07

Livre I, Episode 2

Curicculum vite fait


Ce matin, ils ont fait un peu la gueule quand je suis arrivé au Stade du Roudourou à Guingamp. J'avais pourtant tout préparé. Chaque bonhomme habillé d'un maillot de foot je lui tendait une copie de mon CV, histoire de me présenter en bonne Edu forme (même si je suis pas brésilien). Ils m'ont accueilli moyen soit disant que mon nom leur plaisait pas, et tout. Encore plus, Victor Zvunka a qui, apparemment pas encore au courant, je devais lui expliqué que je devais prendre sa place. Du coup, je suis resté bloqué aux grilles d'entrées et essayant d'esquiver les pierres que me lançait le Victor et ses copains.

C'est qu'après, vers les deux heures plus tard, que le président m'a appelé sur mon nouveau portable, neuf, Aïe-tek et tout (je l'ai gagné avec mon nouvel emploi), pour savoir ce que je foutais. En fait, je m'étais gouré d'adresse, vu que le président il écrit mal d'abord. Le rendez-vous c'était plutôt vers Brest, voyez. Du coup, ça explique comme quoi j'ai eu quelques soucis, rapport aux passés des deux clubs ennemis on m'a expliqué.

Du coup, j'étais à la bourre au rendez-vous. Comme j'aime pas trop arrivé les mains vides, j'ai acheté une bonne bouteille de pinard en chemin. Vers les 14h, j'arrive donc au Stade Francis le Blé, lieu du dit rencard. Le président m'attendait de pied ferme, tellement que je voulais éviter qu'il me botte les fesses. Il m'a fait entré dans une grande pièce remplie de gens qu'avaient pas l'air super sympa.

« Voici, Guy Lacombe, le nouvel entraineur de Brest ! », il a gueulé, d'une voix si forte qu'il m'a fait sursauté et lâché ma bouteille de pinard des mains. Pendant que je ramassais les morceaux par terre en essayant de sauver ma belle bouteille, le président a enchainé en expliquant que j'allais répondre à leurs questions. C'est qu'après qu'on m'a expliqué que c'était des paparazzis ou un truc du genre.

"Monsieur Guy Lacombe, on vous croyait nouvellement engagé au Stade Rennais, pourquoi ce revirement de situation ?"
Hein? Ah, non... je vois ce que vous voulez dire. Vous confondez avec mon homonyme, ça veut dire qu'on a le même nom mais on est pas pareil, au cas ou vous saviez pas. Moi, je suis juste un ancien fonctionnaire qu'à fait carrière à La Poste. On est venu me chercher et pis, voila quoi... je suis là !

Silence lourd dans la salle, on entendrait même une mouche péter. Le visage du président a l'air de se décomposé, je comprend pas pourquoi, peut-être à cause de la clim...

"Vous n'avez donc... aucun diplôme ?!"
J'ai rien, à part le prix de l'employé du mois de mars 1989 dans mon agence. C'était à cause que j'avais trouvé un colis perdu dans le fouillis. Du coup, mon patron, il était fier de moi. Et pour le football, j'ai les bases comme tout le monde, quoi. Et puis, j'ai peut-être pas mes diplômes d'entraineur mais il y a certains joueurs qui l'ont pas leur diplôme de joueurs, alors hein, on est quitte...

Ma tentative d'humour avait pas l'air de marché, pendant que le président était pas loin de l'arrêt cardiaque.

"Monsieur Lacombe, journaliste spécialisé à l'Equipe, connaissez-vous la situation actuelle du club ? On parle de rachat entouré de luttes internes dans un club pas comme les autres..."
Tout le monde a l'air très sympa ici et je fais confiance en tout le monde pour qu'on arrive à l'objectif fixé. Pas vrai président?

Manquant de s'étrangler, le président tomba de sa chaise. Il fallu trois massages cardiaques pour le faire revenir lui et ses esprits. Sa première image a été mon visage souriant baissé sur lui.
2Pac died because he lived the thug life. This 6 pack is going to die because I live the chug life.

Avatar de l’utilisateur
Madoff
Messages : 3260
Enregistré le : 15 nov. 2008, 00:00

Excelle en excellence

Messagepar Madoff » 27 mars 2009, 14:08

[center]Image[/center]

Livre I, Episode 3

Brainstorming et entorse du cerveau


Ce matin, le président m'a convoqué dans son bureau. Un bureau, mon vieux, t'as jamais vu ça de tes propres yeux. Immense, avec un canapé, un bar, des livres... tellement qu'on se croirait chez les soirées de l'Ambassadeur. Bref, Guyot m'a demandé si j'avais réfléchi pour l'équipe à aligner et j'ai dit, qu'à choisir, je préférais des joueurs sachant jouer au foot, mais que j'étais pas encore sur. Pour tout dire, j'ai été un peu pris de cours.

Alors du coup, je me suis enfermé dans mon nouveau bureau (bien mais moins grand que celui du boss) pour réfléchir tout ce que je pouvais. Pour être franc, je connais pas grand chose à la tactique. Alors depuis mon nouveau poste, j'écoute tous les jours "Coach Courbis" et "Larqué Foot" vu que Sacokekchose - le papy qui fait que d'élever la voix - a pas répondu à mes appels. Pareil, le midi, je mange à Flunch comme Aimé Jacquet. J'ai même acheté un pot de gomina pour connaitre tous les joueurs du monde entier comme Denis Balbir mais, j'ai essayé, ça fait moyen du gel sur ma moustache.

C'est justement en allant l'acheter mon pot au Super U du coin que je suis tombé sur un agent de joueur. Mon vieux, on aurait dit Huggy les bons tuyaux, sauf que les siens ils avaient l'air plutôt percés. Il se frottait tellement les mains qu'on aurait dit qu'il allait perdre sa peau d'un moment à l'autre. Agent de joueur, c'est le président qui m'a expliqué qu'est ce que c'était. En gros, à ce que j'ai pigé, ça consiste à vendre des joueurs à la valeur qu'ils auront mais quand ils seront plus chez nous. Du coup, on peut vite se retrouver avec des chèvres qu'il m'a dit, sauf que je vois pas bien comment on pourrait les confondre avec des bonshommes sur un terrain...

Bref, le type en question était drôlement content de me voir. Il m'a dit qu'il était rattaché à Sochaux, que ça tombait bien vu qu'on était lié. Moi j'ai demandé où qu'il jouait Chocho parce que j'en avais jamais entendu parler. En fait, à ce qu'il parait, Brest et Sochaux ont signé un papier qui permet de nous prêter des joueurs. En gros, des joueurs de Sochaux viennent jouer chez nous mais comme c'est pas terrible et vu qu'ils sont pas trop motivés non plus, ben ils repartent chez eux un an après, comme ils sont venus, en TGV quoi.

Après, tout content de trouver quelqu'un et vu que j'ai pas réussi à trouver le bouquin du recrutement pour les nuls, j'ai dit oui. Ensuite, il m'a convaincu qu'en il y en avait deux de chez lui qui viendrait le lendemain. En premier, à ce qui l'parait, Badara Sène, c'est un milieu défensif sénégalais comme Patrick Vieira - le mec en bleu qui gagne la Coupe du Monde - que tous les clubs du monde s'arrachent. Du coup, j'ai fait une bonne affaire en le faisant venir entier, sans qu'il manque de morceaux.

Du coup, ça m'a titillé et j'en ai voulu d'autres. Tant que j'gagne, je joue moi comme dirait l'autre. Il m'a dit que le deuxième, c'était une occase à pas louper, en me faisant un clin d'?il comme dans les films. Un habitué de chez vous qu'il m'a dit. Maxime Josse, en voila un défenseur qui n'est bien. Il était déjà venu l'année dernière et il avait tout explosé qu'il m'a assuré. Du coup, j'ai été super rassuré et j'ai repris du dessert et du poil de la bête.
2Pac died because he lived the thug life. This 6 pack is going to die because I live the chug life.

Avatar de l’utilisateur
Madoff
Messages : 3260
Enregistré le : 15 nov. 2008, 00:00

Excelle en excellence

Messagepar Madoff » 27 mars 2009, 14:09

[center]Image[/center]

Livre I, Episode 4

Plus Breizh la vie (part ouane)


Pour ma rentrée, ma maman m'avait tout préparé la veille. Mon cartable où il y a un beau drapeau breton dessus, mon bloc-notes au cas où j'ai des trucs à retenir, ma trousse, avec mes bics et mon fluo jaune, et mon gouter au cas où j'ai un petit creux entre deux réunions super importantes. J'étais donc drôlement bien content de rencontrer les joueurs que j'allais entrainer.

Ça y est, c'est la reprise donc. Sauf qu'en football, on rentre en été, à cause qu'on en fout pas une plus ou moins le reste de l'année on m'a expliqué. D'habitude, ici, on m'a dit que les joueurs restent pas, vu qu'ils passent dans une classe supérieure en quelque sorte. Mais cette année, on a quelques redoublants, plus ou moins les mêmes tous les ans vu qu'ils ont pas le niveau, le président m'a dit. Du coup, ça nous oblige à en faire venir d'autres, des joueurs, pour équilibrer un peu.

Quand les joueurs sont arrivés dans la petite salle de conférence qui sert aussi bien de salle de repas que de cabane au jardinier, ils étaient tous fiers avec leurs nouvelles affaires. J'ai bien remarqué qu'ils étaient pleins de bonne volonté, à cause que c'est la reprise, sans doute. Ils étaient regroupés en deux groupes, bien distincts. D'un côté, les vieux, ceux qu'étaient déjà là avant quoi, et les petits nouveaux, encore un peu tout timides. Heureusement pour nous, les redoublants étaient pas nombreux cette année, dans les alentours de sept ou huit.

Comme j'étais un peu intimidé, c'est là que Yvan Bourgis a pris la parole. Directement, il a mis les points sur letizi. Il a dit que c'était lui le capitaine, à cause que il porte super bien le brassard et qu'il était là depuis perpet'. Du coup, j'ai demandé dans quel coin c'était de Brest, perpet', vu que je connaissais pas bien la région. Il m'a fait les yeux tout noirs comme le président et il m'a expliqué que ça voulait dire qu'il était le plus pascal légitimus ou légitime, je sais plus. Pour pas le vexer, j'ai dit que ça me posait pas de problème à moi personnellement.

Après qu'il ait fini de parler, c'est là que le président est arrivé, avec un autre type. Philippe Beckhamescu qu'il s'appelait le gars, rapport à son ex-passé de ex-grand joueur roumain. Moi, je savais pas qu'il y avait autre chose que des roulottes là bas mais j'ai pas trop osé de lui demander vu qu'il parlait fort et il m'impressionnait. Tout de suite, il a pris la parole, alors que je savais pas quoi en faire, en expliquant que c'était lui qui allait s'occuper de tout ce qui concerne la partie entrainement et qu'en gros, il serait une sorte de super adjoint (mais sans la cape), comme ça je serais moins embêté.

Ensuite, il m'a pris un peu à part, dans un coin. Il m'a expliqué qu'il avait des amis marseillais et qu'il pouvait me ramener d'autres joueurs. Moi je lui expliqué que non, j'en avais déjà assez, que la salle en était remplie. Du coup, il est reparti d'où qu'il était venu, en marmonnant tout bas du genre grognon. Moi, je le soupçonne qu'on me l'a envoyé dans mes pattes, rien que pour m'embêter, à cause que j'aurais pas d'expérience, soit disant. Eh, eh, on m'la fait pas à moi. Pas folle l'abeille.

Après, on est retourné voir les joueurs vu que je voulais faire un discours sur la motivité. Pour fêter la reprise, Guyot avait fait une sorte de pot de bienvenue (ou de "ah tiens, t'es encore là?") et les joueurs étaient tous réunis en arc de cercle, comme les scouts. Je leurs ai expliqué qu'on était des winners, qu'on allait tout gagner cette année et qu'il fallait qu'ils soient fiers de faire partie de cette aventure. J'ai dit tout comme c'était marqué dans le bouquin de Séguéla que j'avais lu juste avant, histoire d'être persuadant. Ensuite, ils ont posé leurs questions, j'ai donné mes réponses et pour réussir à relier les deux, fallait qu'ils se lèvent de bonne heure.
2Pac died because he lived the thug life. This 6 pack is going to die because I live the chug life.

Avatar de l’utilisateur
Madoff
Messages : 3260
Enregistré le : 15 nov. 2008, 00:00

Excelle en excellence

Messagepar Madoff » 27 mars 2009, 14:10

[center]Image[/center]

Livre I, Episode 5

Plus Breizh la vie (part tou)


Ce matin, on a tous pris le bus, histoire d'aller se promener vers autre part que Brest, du côté de Dinard. Un stage, qu'il appelle ça Beckhamescu, sauf que je lui ai dis que ça servirait à rien que les joueurs sachent faire les photocopies. Surtout qu'ils ont déjà du mal a taper dans un ballon alors faire le café avec leurs pieds, faut pas y compter. Bref, on y est allé quand même. D'abord, j'avais demandé un coin plus avec du soleil mais le président a pas voulu, à cause qu'on avait pas assez de sous, vu qu'il y avait plus de redoublants que prévu cette année.

En arrivant à Dinard, il y avait une foule immense qui nous attendait, mon vieux, t'as jamais vu ça de ta vie. On se serait cru au festival de l'AS Cannes. Du coup, les joueurs étaient super fiers de voir autant de monde pour eux et ils ont sorti leurs grosses lunettes de soleil et des chewing-gums pour faire genre ils étaient américains, et tout. Mais en fait, c'était juste des touristes parisiens, à cause qu'ils sont en vacances. On pouvait pas lutter, à moins d'avoir fait venir Bernard Menez avec nous.

Du coup, on a attaqué d'entrée le plat de résistance, donc les exercices physiques, pour savoir si les joueurs ils en avaient, eux de la résistance. Beckhamescu avait préparé un programme commando avec des abdos, des pompes en veut-tu en voila. Même qu'il m'a dit tout fier qu'il était, qu'il avait aussi mis au point des toros. Je lui ai répondu qu'heureusement qu'il avait pas préparé des éléphants sinon on aurait été bien embêté pour les faire rentrer dans le bus.

Les joueurs avaient l'air un peu coincés, vu qu'ils ont un peu de retard à l'allumage. Partis comme on est, ils devraient être au courant qu'ils sont footballeurs (ou pas pour certains) vers fin août. Voire fin novembre pour les plus lents. Surtout Erik Sitruk. Tu lui dis qu'il reprend le foot fin juin, le temps que ça monte au cerveau puis que ça redescende jusqu'au muscles, on a changé de saison. Pas pour rien que c'est un ancien guingampais.

Après ça, tous les joueurs se sont blessés un par un, même Julien Lachuer qu'a pourtant pas de muscles. Du coup, j'était bien embêté assis sur mon banc de touche, tout seul. Alors, on s'est réuni, moi et mon super adjoint. J'ai sorti mon beau calepin et j'lui ai dit qu'on allait faire l'équipe. J'ai tracé minutieusement des traits pour former un beau tableau avec chaque poste. J'en étais drôlement fier, dis et du coup je l'ai affiché dans le hall d'entrée de l'hôtel.

* Gardiens de but:

D'abord, en gardien, on est paré avec nos deux remparts, tellement qu'on croirait avoir la muraille de Chili derrière. En titulaire, ça sera Steeve Elana un caennais mais expatrié ici. J'le trouve tellement bon que j'ai pas cru mon adjoint quand il m'a dit qu'il avait été formé à Marseille. Ensuite, Julien Lachuer sera remplaçant pour faire chauffer le bois du banc de touche.

* Défenseurs:

Derrière, même si on va jouer à quatre, on a tellement de joueurs qu'on pourrait en prêter au Real Madrid, vu qu'ils ont pas l'habitude d'en voir des défenseurs. A droite, ça sera Yvan Bourgis, le captaine igloo vu qu'on joue en blanc. Lui c'est pas un mauvais, c'est même un battant. En back-up, Philippe Billy, un mec qui veut à tout prix nous faire croire qu'il a jouer en Italie, à Lecce. D'ailleurs, il se prend un peu pour Maldini.
A gauche, je pars avec Denis Stinat mais sans vraiment de conviction. En fait, il part titulaire mais seulement parce que c'est Ahmed Kantari, un prêté, qu'est parisien, qui est en concurrence.
Au centre, il y a du monde, et pas que du beau. Fernando Casartelli est titulaire d'entrée, un défenseur plus que bon. Comme quoi, il y a des argentins qui jouent pas que meneurs de jeu. Ensuite, je vais l'associer à Ludovic Jeannel parce que c'est un habitué de la Ligue 2. Du coup, il sera pas surpris et il aura pas peur quand il verra Nicolas Goussé lui foncer dessus. Maxime Josse, prêté par Sochaux, commence pour l'instant sur le banc, comme Anthony Gauvin, qui lui même ne sait pas ce qu'il fait là.

* Milieux de terrain:

On jouera avec deux milieux centraux, dont un défensif et deux ailiers, sur les côtés d'où leurs noms. Badara Sène sera notre milieu défensif parce que c'est un hargneux et comme on dit chez moi, tel nerf, tel 6. David Bouard, le breton pur-beurre, sera remplaçant.
A côté de lui, Yoann Bigné fait figure de star avec ses sélections en espoirs de France (si, si, je vous assure). C'est même lui qui encadre les jeunes en leurs racontant ses vieilles histoires d'équipe de France, même s'ils ont pas vraiment l'air de le croire. François Masson, arrivé cette année, commencera sur le banc, même si Beckhamescu le compare à Zidane, alors qu'il est même pas chauve.
Basile De Carvalho le faux brésilien à droite et Cédric Collet à gauche joueront le rôle des ailiers mais sans les ailes. Erik Sitruk et Cédric Fabien vont s'amuser à les regarder jouer.

* Attaquants:

Quatre joueurs pour deux pointes, ça risque de se mettre sur la gueule. Julien Viale part indiscutable puisqu'il est lyonnais. Peut-être que c'est le frère caché de Benzema. A ses côtés, Richard Socrier part pour l'instant favori mais Romain Poyet, prêté par Dijon, n'est pas loin de le pousser vers la sortie. Jonathan Ayité, lui, va bien rigoler a rester toute la saison à mes côtés.

A coup sur, avec des gars comme ça, on est prêt à tout gagner. C'est le président qui va être drôlement content de mon travail.
2Pac died because he lived the thug life. This 6 pack is going to die because I live the chug life.

Avatar de l’utilisateur
Madoff
Messages : 3260
Enregistré le : 15 nov. 2008, 00:00

Excelle en excellence

Messagepar Madoff » 27 mars 2009, 14:11

Livre I, Episode 6

Plus Breizh la vie (part trui)


Vendredi après-midi, c'était le premier match de la saison. Enfin, pas un vrai de vrai, un du genre qui compte pas. Le président a dit que c'était un match a-mical. Moi, je lui ai demandé si c'était le même Michal de la Star Academy, et que c'était pas grave j'aimais pas l'orange du marchand mais il l'a mal pris je crois. Il m'a dit que je ressemblais de plus en plus à mon homonyme. Il parlait de la moustache sans doute.

Normalement, c'était prévu qu'on joue contre le Real Madrid, mais comme ils étaient pas trop chaud, ben on a joué Valenciennes. Du coup, on a fait avec, ou plutôt sans en fait. Philippe Beckhamescu m'a dit que c'était super important les amicaux, que c'était la période qui voulait ça. Il m'a expliqué qu'on s'entrainait à avoir des automatismes. Les automatismes, c'est bien, ça permet de jouer au ballon sans avoir à réfléchir, autant dire que c'est bon à prendre vu qu'on est plus proches des têtes d'ampoules que des lumières.

Pour ce qui est du match, j'ai pas pu coachisé vu que j'avais piscine. Du coup, c'est Beckhamescu qui a pris les stade rennais de l'équipe. Et ben crois-le ou pas mais il a gagné. 3-1 même, c'est Viale qu'a marqué par deux fois, puis Masson qui a fait mieux que colmater les murs. Vu qu'il faisait son crâneur, je lui ai répondu qu'avec Ouaddoudou et Sommeil derrière ça comptait pas d'abord. Du coup, le président m'a entendu et il a donné les amicaux à Beckhamescu. Je m'en fous d'abord, ils comptent pas.

Ensuite, il a continué à gagner 3-1 à Beauvais et 5-1 à Plabennec. Le président m'a dit en rigolant que si ça continuait il allait faire de l'ombre. Moi je lui ai répondu que c'était pas grave vu qu'en Bretagne il pleut tout le temps. Du coup, j'ai voulu reprendre l'équipe sur le dernier amical contre Sochaux. J'avais demandé aux joueurs de s'économiser histoire d'en garder un peu sous la semelle à cause du championnat qui va juste commencer. Et ben, crois-le ou pas mais ils ont appliqué les consignes à la lettre C.

On a pas touché un ballon du match (0-2). Socrier a bien eu quelques occases mais il les a toutes mises sur le goal. C'est fait exprès, même que c'est sa technique secrète. En face à face, Socrier, il vise le goal. Des fois ça marche. Pas toujours mais des fois. En fait, ça dépend surtout du goal. Manque de pot c'était pas Trévisan en face.

Du coup, ça nous a souffler autant de professionnalisme. Pour ça, on a voulu les récompenser. A la fin du match, on a voulu faire une surprise aux joueurs. Alors on a fait des devinettes pour trouver. Moi j'aime bien les devinettes. Une fois, on m'avait demandé « Guy, qu'est-ce qui est gros, qui a une grosse moustache et qui a le Q.I. d'une moule paraplégique ? » Celle-là, elle était dure. J'avais répondu Magnum, à cause de la moustache, et après j'avais donné ma langue au chat. J'ai jamais su la réponse.

C'est De Carvalho qui a commencé les questions. « Y a un rapport avec les pieds carrés de Socrier ? » On a dit non, t'es froid là. « C'est que vous faites revenir Guivarc'h devant alors ? » A proposé Bigné. On a répondu encore non, mais tu chauffes. « Ah moi je sais, je sais ! » A crié Stinat « C'est Roberto Cabañas ! » j'ai secoué de la tête. « Ribéry alors ? » s'est risqué Josse. On a fait comme si on avait pas entendu. « C'est Ginola ! » s'est écrié Stinat.

C'était la goutte d'eau qui fait bordelais le vase. Beckhamescu a hurlé « Tu vas la fermer, on te dit ! » Stinat s'est mis à pleurer. Beckhamescu a dit qu'il en avait vu dans sa vie des ânes mais alors des comme ça jamais. Et pourtant c'est lui qui habite en Roumanie.

Du coup, il a quitté les vestiaires en claquant la porte. J'avais l'air malin pour dire aux joueurs qu'en fait c'était juste qu'on allait mettre une mascotte à Francis Le Blé. Une tortue, qu'on a décidé, rapport à l'équipe. Mon vieux, il y a eu un de ces silences, on se serait cru à Louis II.
2Pac died because he lived the thug life. This 6 pack is going to die because I live the chug life.

Avatar de l’utilisateur
Madoff
Messages : 3260
Enregistré le : 15 nov. 2008, 00:00

Excelle en excellence

Messagepar Madoff » 27 mars 2009, 14:11

Livre I, Episode 7

Dijon au rebond (ou comment la moutarde ne nous a pas monté au nez)


Hier soir, c'était le premier match du championnat. Et c'est Dijon qui est venu à Francis Le Blé. T'aurais du voir ça, le stade était plein comme un numéro neuf. Bon, j'exagère peut-être pas un neuf mais sans mentir, facile un huit. C'est pas compliqué, on se serait cru à l'Armoricaine comme à la belle époque. Les bons joueurs en moins.

Du coup, dans le couloir avant le début du match, il y a eu du chahut. C'est normal, c'est la rentrée. Comme c'était pas trop organisé, j'ai pris les devants et j'ai dit « Bon allez, tout le monde en ligne, je veux voir qu'une seule tête ! » C'est Socrier qui s'est mis devant. Je l'ai fait changer de place, quitte à voir qu'une seule tête autant que ça soit pas la sienne. Alors Bourgis s'est pavané pour se ficher devant, une place qui lui reviendrait, rapport à ses brassards. Bourgis il met un brassard à chaque bras, pour être sûr que tout le monde voit bien que c'est lui le capitaine.

Le match en lui-même, on l'a plus ou moins gagné. Comme je voulais pas me rater, j'avais mis en place une tactique du tonnerre de Brest, un 4222 avec du marquage individuel sur les meilleurs joueurs de Dijon. Le truc que j'avais pas prévu de penser, c'est que les meilleurs joueurs à Dijon ils en ont pas, c'est sans doute pour ça que les joueurs étaient chamboulés au début et qu'on n'a pas fait de marquage.

En fait, au début, on était pas super bien. Les joueurs avaient l'air tendu comme la gaine de mamie. Mais le premier but, c'est nous qu'on le met sur une frappe de loin. C'est Bigné qui s'y est collé. Sa technique pour marquer, c'est de viser 10 mètres au-dessus du but. 9 fois sur 10, ça finit en Tribune Foucauld mais là c'est rentré, à cause que le poteau l'a aidé.

Après ça, bien sûr, Dijon a rien trouvé de mieux à faire qu'égaliser. Même qu'on l'a pas vu venir, surtout Elana en fait. Comme ça, juste après la mi-temps, par Papa Yenga. Du coup, j'ai pris mon bloc-notes et j'ai fait des changements parce que bon ça va bien soixante minutes mais à la fin, y en a marre.

J'ai ressorti mon feutre et j'ai traçé des traits sur mon beau cahier. Je l'ai fait à la Aimé Jacquet, avec mon regard mi-soucieux et mi-concentré à la fois. Du coup, c'est Socrier qu'est sorti avec Viale en plus. Et j'ai mis un milieu offensif à la numéro dix à la place de deux attaquants. Vu que Zidane était pas chaud, c'est Masson qu'est rentré et Poyet devant.

Après, sans crier gare ni Montparnasse, je sais pas quel lamouchi les a piqué mais les joueurs se sont réveillés. De Carvalho a marqué son petit but. J'étais prêt à bétonner derrière, fermer les espaces et balancer la clé dans l'Aulne mais Beckhamescu m'a retenu.

Du coup, on a continué à super bien joué et Masson a donné une assist et un but sur coup-franc. Mon vieux, t'aurais du voir ça, même Taiwo peut aller se rhabiller chez les grecs. Ensuite, Poyet voulait à tout prix fêter ça contre son ancien club et il a planté deux buts. Victoire 5-1. Peut-être que à Dijon, la mayonnaise a pas pris.
2Pac died because he lived the thug life. This 6 pack is going to die because I live the chug life.

Avatar de l’utilisateur
Madoff
Messages : 3260
Enregistré le : 15 nov. 2008, 00:00

Excelle en excellence

Messagepar Madoff » 27 mars 2009, 14:12

[center]Image[/center]

Livre I, Episode 8

On a les classico qu?on mérite


Vendredi, c?était le jour le plus important de toute l?année. Un jour encore plus important que celui de la remise des bulletins à la fin de la saison où on sait si on va passer enfin en Ligue Ouin ou bien redoubler comme d'habitude parce que vendredi c?était le jour qu?on recevait l?équipe que ici ils détestent le plus au monde, Gouinwgamp.

Du coup, j'ai eu de la visite dans mon bureau, pendant la semaine. C'est Corentin Martins qu'est venu me donner des leçons, plus rapport à son passé qu'à sa coupe de cheveux. Gouinwgamp c?est bien plus qu?un adversaire, c?est nos ennemis héréditaires qu?on a comme qui dirait hérédités de l?époque où on jouait en Ligue Ouin, et plutôt bien à ce qu'il parait. Je te parle d?un temps que les moins de vingt ans ne peuvent plus commettre. Avoir vu jouer Sergio Goycochea, ça devait sacrement faire piquer les yeux.

Moi au départ, je croyais qu?un classico, c?était les deux meilleures équipes du championnat l?une contre l?autre. Je me disais aussi, c?est bizarre qu?on soit encore concernés. Non parce que, à ce moment-là un classico des deux meilleures équipes en France, ça serait l?OL contre sa réserve. Et encore ! Mais en fait pas du tout, j?avais tout faux. Un classico, c?est les deux équipes qui s'aiment pas trop entre elles en fait, rapport à qu'elles soient souvent dans la même région. Du coup, j'ai demandé si on pouvait immigrer vers Paris, histoire de faire de l'ombre à personne.

Ensuite, c'est Paul Le Guen qu'est passé dire bonjour. Il est gentil Paulo, c'est un gars du coin. Le problème c'est qu'il a l'air un peu mou, ça la fout mal pour un gars qui se fait appeler la "patate chaude de Pencran". Le Guen, il raconte un peu partout qu'il a joué avec la génération la plus prometteuse du club. La preuve, il a connu Colleter et Guérin, qu'il dit, avant qu'ils deviennent mauvais aux pésségé. Et ça, ça en impose, dis. Plus que le visage de Ribery.

En plus, le match était même pas en live et direct à la télé. C'est normal on m'a dit, Gouinwgamp-Brest, c?est le genre de match que tu crèves d?envie de voir et puis une fois que ça a commencé, tu te demandes ce qu?y a sur les autres chaînes. Du coup, on est passé seulement à Fréquence Mutine, comme au bon vieux temps, pour faire croire qu'on avait encore les mêmes joueurs.

Comme j'ai eu cours d'histoire, on m'a raconté que Brest c'était un peu Santa Barbapapa, mais avec l'accent du coin au lieu de l'américain. L'accent brestois, il est drôle. Tu rajoutes des "é" et des "oâ" un peu sur tout les mots et le tour de France est joué. Bref, Brest, c'était des visionnaires à l'époque. Dès le début, ils ont compris qu'il fallait se lancer dans le footbizness. Mon vieux, a rendre aulasse jaloux. Du coup, il y en avait des sud-américains avant, et pas des plus mauvais à ce qu'il parait. Mais qu'ont aucun rapport avec Basile de Carvalho.

A partir de là, ils ont eu des problèmes avec les finances, rapport à du financement au cul-tes. Tout ça avant Nanard Tapie. Des visionnaires, j'te dis. Après ça, ils sont tombés en D2. Et les supporters étaient remontés comme un bloc note, il y avait de l'électricité dans le gaz. Du coup, ils ont envahi la pelouse chez le rival de Gouinwgamp, en courant après Daniel Ginola, l'idole des ménagères. Sans doute qu'ils voulaient le nom de son shampoing.

Le Graet et Brest, ils s'aiment pas trop, aussi. Il parait que tout bon brestois qui se respecte a une poupée vaudou de sa tête dans laquelle ils plantent des clous rouillés. Rapport à son passage à Gouinwgamp et à la Ligue, qui du coup à pas pu permis à Brest de ressembler à l'Ol. C'est pas grave, nous on en veut pas de Govou.

[center]"Le Graet et nous revoila
rien ne pourra nous arrêter
les coup de pute c'est du passé
mais nous n'oublierons jamais
tout le mal que tu nous as fait"
[/center]
2Pac died because he lived the thug life. This 6 pack is going to die because I live the chug life.

Avatar de l’utilisateur
Madoff
Messages : 3260
Enregistré le : 15 nov. 2008, 00:00

Excelle en excellence

Messagepar Madoff » 27 mars 2009, 14:13

[center]Image[/center]

Livre I, Episode 9

Grand Roudourou, petit roudoudou


Le premier arrivé au Roudourou, c'était Vitor Svunka. Figures-toi que c'est lui l'entraineur de Gouinwgamp maintenant. Moi je l?appelle Vivi. Les gens qui l?aiment l?appellent le parrain de Marseille, à cause qu'il est resté là-bas plutôt longtemps. Moi, je lui ai demandé s'il faisait aussi bien la grimace que Don Vito Corleone mais il m'a répondu que je devais faire attention à ma tête. Sans doute qu'il doit pas trop aimé les spaghettis.

Vivi était pas venu seul. Bon déjà, il avait son équipe avec lui. Jusque-là, normal, encore que... Mais il avait aussi un garde du corps qui le suivait de partout. Moi j?y ai dit, franchement c?était la peine de venir avec un garde du corps, on n?est pas des sauvages non plus. Svunka a dit «C?est pas un garde du corps, c?est Le Graët». À la limite, on peut dire que son corps est un garde-manger mais ça s?arrête là.

Pour rattraper le coup, j?ai fait des politesses en leur expliquant que j'avais facilement trouvé le stade et tout. En fait, c'est pas compliqué, grâce aux supporters de Gouinwgamp qui nous avaient fait une haie de bras d?honneur tout le chemin. C?est sympa, ils étaient pas obligés. Après quoi, Svunka a coupé «Bon, on n?est pas là pour rigoler, on va vous péter ce soir.», j?ai répondu «Et moi, je suis là pour rigoler peut-être? Je suis entraineur de Brest que je sache». C?est bizarre, mais là ils se sont mis à rigoler.

Crois-le ou pas mais ça a fait des histoires terribles. Beckhamescu m'a trainé jusqu'aux vestiaires. Moi j'ai joué le coup de Lolo Fournier, que les vestiaires étaient gazéifiés comme dans un vrai derby mais ça a pas marché, alors que j'étais ressorti des vestiaires avant même d?y entrer. Pourtant j'avais bien regardé la caméra puis je me suis mis à tousser tout ce que j'pouvais en m?étranglant la gorge et en criant «Arggh je me meurs, on m?a poisonné!» Manque de pot, c'était juste la caméra de surveillance en fait et j'ai pas pu y coupé au discours d'avant-match.

Tu parles, les joueurs avaient d?autres crèmes à fouetter. Ils étaient tous regroupés autour de Basile de Carvalho. Un acteur qui fait tous ses cascades lui-même, mais cette fois ci, il avait des belles chaussures dorées, comme Samir Nasrinho qu'il a dit. Dans son coin, Beckhamescu fulminait. C'est-à-dire qu?il faisait comme des fulmigènes mais avec le nez. C?est là que j'ai pris la parole.

Bigné, ces matches-là, ça le connaît. Dans les vestiaires (les nôtres, ceux qui sentaient normal en fait) il a demandé «C?est qui leur meilleur joueur?» Sa théorie, c?est qu?il faut toujours faire un exemple, ça marche à tous les coups sauf des fois. Y a eu un long silence, à peine perturbé par Collet qui se griffait les cuisses et se balançait d?avant en arrière en répétant «J'veux, les mêmes, j'veux les mêmes chaussures qui brillent...» Bigné a reformulé sa question: «Bon alors, c?est qui?» On a jamais su quoi lui répondre.

Sur notre banc, Guyot était tellement crispé qu?on aurait dit un hamster piqué au botox. On sentait bien à son regard pétrifié et son absence de respiration cardiaque, qu?il tenait à la victoire. Faut dire qu?avant le match, Guyot avait reçu comme de par hasard, un coup de fil de José Mourinho et il avait parlé bien bien fort en me reluquant du coin de l??il. «Mon ami José, je te rappelle après le match, il se pourrait que j?ai quelque chose à te proposer». Puis comme si ça suffisait pas, il en a rajouté une louche en disant «Mon ami Guy, c?est trois points de victoire ou c?est trois points de suture, tu choises». Beckhamescu il appelle ça une QCR. Une question à choix réduit.

Sur le vrai match, j'avais le nez fin comme Pinocchio et j'ai mis direct Masson titulaire à la place de Socrier, en numéro dix. Manque de pot, Elana a eu du mal en début de match et a essayé par deux fois de faire des arrêts comme ce joueur belge qui a eu du succès dans les années 90: Jean-Claude Vandamme. Du coup, à 2-0 au bout de 5 minutes à cause de Eduardo et Eudeline, on était un peu déçu.

À la mi-temps, comme Brest menait toujours pas, j'ai refait mon numéro de soi-disant intoxiqué. Mais Beckhamescu m'a encore rattrapé par le col. Celui-là, je te jure. Il a vérifié que les yeux de Guyot étaient bien sur lui et il a demandé au docteur. «Allez-y prenez-lui la tension». Du coup, je lui ai bien rattrapé les bretelles et je lui ai rappelé qui c'était le patron, non mais oh.

Du coup, les joueurs étaient encore une fois chamboulés et ils ont encore une fois encaissé un troisième but par Souza. Ni une, ni trois, j'ai repris mon callepin et j'ai fait sortir Casartelli pour Josse et Viale pour Poyet. Non mais oh, faut pas me chauffer moi. Et là, incroyable, Sène puis De Carvalho a ébloui l'adversaire avec ses chaussures pour qu'on revienne à 3-2. Du coup, je leurs ai crié de pousser. Mais Masson il a rien compris et il a poussé trop fort son coude contre l'oeil de Savineau. Et il s'est pris un rouge, mais pas un ptit ballon de rouge comme au bar, un rouge de la honte comme quand t'as plus ta couche en maternelle mais que tu t'es quand même oublié dans la cour de récré. Moi, énervé, je lui ai foutu la honte en faisant rentré Bouard pour De Carvalho, parce qu'il y avait plus de piles dans ces chaussures.

Le point un peu négatif de la soirée, c?est que vers la fin du match, Liabeuf - l'ancien de chez nous mais qui a fait le lache - s?est fait bombarder en allant tirer un corner. En voyant ça, j?ai été scandalisé. D?ailleurs j?ai gueulé après les supporters, je leur ai dit «Oh les gars, vous êtes même pas à dix mètres et y en a pas un qui est fichu de l?emplatrer». Ils se sont excusés, y a pas moyen.

Ensuite, on est rentré la tête basse aux vestiaires. Svunka nous a montré son kiki et les gouinwgampé nous lançaient des choux-fleurs. Guyot est venu me voir en me disant que la revanche était un plat qui se mangeait froid. C'est pas grave, j'ai un micro-ondes.
2Pac died because he lived the thug life. This 6 pack is going to die because I live the chug life.

Avatar de l’utilisateur
Madoff
Messages : 3260
Enregistré le : 15 nov. 2008, 00:00

Excelle en excellence

Messagepar Madoff » 27 mars 2009, 14:14

[center]Image[/center]

Livre I, Episode 10

On n'a pas la même ambition, mais on a le même métier


Brest-Le Havre, c?est le genre de match qui en jette du tonnerre sur le papier. C?est un peu le drame avec la ligue d'eux, leurs matches en jettent que sur le papier. En fait, ils sont un peu comme nous au Havre, ils sont toujours dans l'objectif de monter mais sont juste favoris pour décevoir.

D?un autre côté, c?est vrai que des affiches comme Brest-Le Havre, ça permet d?astiquer ses souvenirs. Les supporteurs se disent «Tu te rappelles avant, comment c?est qu?on était forts en Ligue Ouin?» Obligé qu?on s?en rappelle, on pense qu?à ça et heureusement qu?on a les cassettes à la maison sinon y a personne qui nous croirait. C?est pour ça qu?on dit de nos clubs qu?on est des clubs passéistes.

C'est pour ça que j'ai prévenu les gars «Attention le hac, grosse équipe!» Stinat m?a coupé «Oh coach, on vous a pas prévenu?» J'ai fait «Non, quoi?» Viale a dit «Mais c?est fini les années 50!» Tout le monde a pouffé sauf Socrier qui ronflait. Il dort beaucoup mais c?est à cause de la digestion qui lui est difficile, avec toutes les feuilles de match qu?il bouffe.

L?attraction au Havre, en plus de leur port avec des bateaux, c?est leur attaquant qu?ils ont. Pas Sinama-Pongogol. Guillaume Hoarau, un joueur caméléon qui se transforme d?un match sur l?autre. Un jour, il est tigrou, la semaine d?après c?est l'éléphant. Une fois, il est resté invaincu super longtemps, genre six ou sept matchs entiers plus les arrêts de jeu sans marquer de but. Il a demandé «Y aurait moyen d?être titulaire en équipe de France?» On lui a fait «Là c?est facile là, t?es déguisé en Djibril Cissét». En fait, même pas. Du coup, il a signé au pésségé.

Sur le match en lui-même, Viale ouvre le score au bout de 30 minutes alors que je commençais à m'assoupir sur mon banc. Collet double la marque juste avant la mi-temps. Comme dab avec Brest, on est rapidement passé du Koke aux ânes. Tout ça à cause de la défense, jamais vu une brochette de cancres pareils. Pas un pour te rattraper l?autre. On dirait un boyze bande, tellement y sont synchros dans la nullité. Donc dans la foulée, Lesage réduit le score pour 2-1, score qui en restera là.

Ensuite, on s'est déplacé chez un autre candidat à l'ascenseur. A Montpellier, histoire de jouer à la mousson. Du coup, j'espérais une bonne récolte.

Courbisse la malice a fait son gros malin en nous accueillant. Guyot m'a prévenu, il m'a dit Guy, méfie toi, Courbisse fait semblant d'être bête alors qu'il est très intelligent. C'est tout le contraire de toi. Courbisse, je le connais. Il aime bien parler mais par contre, les virgules il aime pas trop ça. C'est bien simple, c'est lui qui parle et c'est toi qu'a envie de boire un verre d'eau. Ses phrases en finissent plus de s'étirer, tout ça pour dire qu'il comprend pas comment ça se fait qu'en France, on doit être plus bête qu'ailleurs et qu'il aimerait bien qu'on lui explique ceci ou bien cela. Alors qu'en fait, tu verrais, il a très bien compris. La vérité, Courbisse, c'est un râleur et puis c'est tout.

Et puis, j'ai rencontré le président Nicollin. Il est sympa loulou. Un mec qui arrive à vendre Bakayoko, Sorlin ou Maoulida, je peux avoir qu'un immense respect pour lui. Moins que pour Plessis mon ami de Chochaux avec Frau, Pedretti ou Santos mais bien quand même. Et puis, il est marrant loulou, avec ses coups de sangs. On dirait Beckhamescu mais en plus gros et en moins méchant aussi. «Mes détracteurs, je les encule à pied, en voiture et à cheval» qu'il a dit dans le couloir. Du coup, on a eu chaud, heureusement qu'on est venu en bus.

Sur le match, on se fait pas mal embêté toute la première mi-temps en fait. Ni vu, ni vu, De Carvalho marque un but tout en discrétion si bien que même lui l'a pas vu venir. Comme par hasard, Montpellier a rien trouvé de mieux qu'à égaliser par Montano. On pensait mettre dans notre poche le point du nul mais Bigné a joué un remaque de Shaolin Soccer en pleine surface, sauf qu'il est pas chauve. Du coup, Delaye transforme le péno dans les arrêts de jeu et on l'a bien profond.

Dans les vestiaires, ç'a été la fête à Bigné. Une fête surprise, pas prévue au calendrier. Elana a été le premier à pester «J?ai jamais vu un joueur aussi bête comme ses pieds de toute ma vie entière!» Et pourtant il a été formé à l'omeuh, c?est dire la puissance de l?insulte. Bigné a plaidé sa cause «Que celui qui a jamais concédé un penalty me jette la première paire». Mon vieux, quesse il avait pas dit. Il a reçu de tout, des protège-tibias, des crampons, des bouteilles, un tube de pommade écrabouillé. On lui a même balancé mon portable. Stinat a voulu lui jeter ses chaussettes. On l?a retenu de justesse en criant «Non, pas d?armes chimiques!» C?était moins une.
2Pac died because he lived the thug life. This 6 pack is going to die because I live the chug life.

Avatar de l’utilisateur
Madoff
Messages : 3260
Enregistré le : 15 nov. 2008, 00:00

Excelle en excellence

Messagepar Madoff » 27 mars 2009, 14:14

Livre I, Episode 11

Jamais deux sans Troie


Sladjan Djukic, Stade de l'Aube, Denis Troch. Moins sexy comme déplacement, c'est pas pas possible. Troyes, c'est comme une belle ville mais avec la beauté en moins. Et les marchands de prozac en plus. J'ai essayé d'esquiver. "Cher Philippe Beckhamescu, je viens de me rendre compte que je n'avais pas les diplômes pour entraîner, alors je suis contraint de te laisser aller disputer seul la rencontre à Troyes mais il est fort probable que je sois apte à pouvoir coacher pour les prochains matches. Ton ami Guytou". T'auras reconnu le style de Guyot, communicationnellement il est au point. "Mon ami Guy le connard, on s'en était déjà rendu compte, t'en fais pas, c'est pas un souci. Philou". Qui tente n'a rien de rien.

T'imagines bien que si moi j'avais pas envie d'y aller, les joueurs non plus, surtout pour un match de coupe. Du coup, j'ai emmené la B, histoire de voir un peu si ils méritaient plus que ceux qui jouent d'habitude. Ben non en fait. Ni vu, ni vu, on repart un but dans la musette et pas un seul ballon touché par nous. Comme c'était pas les mêmes joueurs, j'ai changé les positions de mes petits ronds sur mon calepin. Ça faisait: Lachuer dans les goals; Kantari, Gauvin, Josse et Billy devant lui; Bouard en faux makélélé (mais en plus grand), Bigné en Pirlo; Fabien et Sitruk en aillers étincelants, pis Poyet et Socrier devant, histoire de faire peur au gardien d'en face.

De suite, on perd 1-0 puisque du coup, comme tout était nouveau pour eux, ils étaient tous chamboulés sur le terrain et ils savaient pas c'était quoi la bonne couleur du maillot. En plus, comme la tactique avait changé, ils étaient comme qui dirait à cheval. A cheval de Troyes quoi.

Ensuite, on est allé direct à Reims, sans passer par la case Brest. C'est Beckhamescu qui nous a obligé. Il a dit « C?est pas la peine de revenir si c?est pour repartir ». J?ai dit «Mets-toi à notre place, Brest et son soleil nous manque». Il a répondu « Justement. À votre place, je ferai tout pour gagner parce que sinon Brestva pas vous manquer! » Alors on est parti.

Dans le couloir du Stade Delaune, le coach de Reims Froger a parlé de travers. Il a dit « Avise moi un peu la drôle d?armada qui vient nous défier. C?est pas une équipe de foot, c?est une ?uvre de charité. Je m?en vais te dire, le jour où on organisera la coupe du ridicule, faudra qu?ils agrandissent leur musée ceux-là ». Moi ça m?a pas plus, je lui ai dit « Oh, à qui tu parles, on peut savoir ? » Il a répondu « À toi abruti ». J?ai fait « Ah bon, c?était juste pour savoir ». C'est qu'il était impressionnant de près n'empêche.

Pour bien faire, Masson et Féret se sont pris le bec pour savoir qui de eux deux était le plus ressemblant Zidane. Alors ils ont donc décidé de faire un concours de jonglages, histoire de savoir une fois pour toute. Masson a commencé en les comptant « un, deux, trois, quatre... » puis il a tiré trop fort et ça a pété le néon. On s?est retrouvé dans le noir et tout. Lui il a continué de compter comme si de rien n?était « cinq, six, sept, huit, neuf, dix, onze, douze... » mais quand Froger a allumé son briquet, on a tous vu qu?il avait plus le ballon.

Le truc irréel, limite quatrième dimension du match, en plus qu'on a gagné, c?est que Viale a encore fait un bon match. En fait, pour tout te dire, il y a un reinsois qui s'est fait expulsé au bout de 5 minutes. Du coup, c'était plus facile. Et on a winné 4-1 avec un doublé de Viale, un de Sène et un dernier de Collet. Mon vieux, tu peux pas savoir comment j'étais tout content sur mon banc. Et puis, même Bigné était bon. On peut même dire qu'il a été fourré au moulin.

Après le match, Guyot est venu me passer le bonjour et m'a mis en garde comme quoi fallait pas que cette victoire de ce soir soit l'arbre qui cache Cédric Fauré et que ça comptait presque pas vu que les autres avaient pratiquement joué à 10. En vérité, j'ai bien vu à Reims, ils valent rien, même pas un Kopa. Faut quand même que j'fasse gaffe, j'ai l'impression que Guyot m'a dans le coulis amateur.
2Pac died because he lived the thug life. This 6 pack is going to die because I live the chug life.

Avatar de l’utilisateur
Madoff
Messages : 3260
Enregistré le : 15 nov. 2008, 00:00

Excelle en excellence

Messagepar Madoff » 27 mars 2009, 14:15

[center]Image[/center]

Livre I, Episode 12

Interlude non musicale (mais j'peux toujours chanter Acapel et la si vous voulez)


Salut les copains ! D?abord un grand merci, vous êtes de plus en plus nombreux à me lire. Devant ce succès, Monique ma femme m?a dit qu?il fallait que j?ouvre une « starteupe ». Rassurez-vous, moi je suis entraîneur de football et pas informaticien. C'est quand même beaucoup plus marrant de voir des gars en short courir toute la journée après un truc rond.

Je sais, ça fait longtemps que vous avez pas eu de mes nouvelles mais c'est pas de ma faut. C?est juste que le début de semaine a été comme qui dirait difficile. J?ai traîné un de ces mal de crâne, ça cognait dur là dedans ! Vous connaissez Prison Break ? Bon, bah imaginez que ma tête c?est Fox River et que Scofield c?est Socrier. Bref, vous voyez un peu le chantier. En une semaine, j?ai dû avaler autant d?aspirines que Beckhamescu passe d'heures à m'engueuler, c?est dire?

Du coup, je me suis pris quelques jours de repos histoire de se recharger les tambours. Et pour pas vous manquer, Monique, qu'est toujours ma femme, m'a conseillé de me raconter un peu. Moi, c'est pas que j'y tenais vraiment mais il parait que ça intéresse deux trois potos de passage dans le coin.

Donc, moi c'est Guy Lacombe mon nom mais tout le monde m?appelle Moustache, rapport à ma moustache que j'porte sous mon nez. C'est bien trouvé non ? En tout cas je trouve que ça fait mieux que Guigui, Guytou ou Lacombinho. Je prends le temps de vous expliquer, parce que y?a par exemple un gars avec qui je bosse qui s?obstine à vouloir m?appeler Ducon.

Moi, mon métier que je travaille, c?est le football. Pour tout te dire, c'est pas vraiment mon truc. Moi, mon rêve depuis que je suis tout petit, c'est facteur. Avec mon vélo, ma casquette et tout. Ça c'est ma vie. Même que j'ai été embauché à La Poste depuis que j'ai raté mon BEPC à 21 ans. Mais bon, ça m'a pas empêché de faire du bon boulot comme il me disait mon chef, même que j'ai gagné le trophée d'employé du mois (mais j'ai du déjà en parler non ?). Ça en impose son bonhomme ça hein ?

Là, j?ai 52 ans et je suis dans le staff technique du Stade Brestois FC, parce que j?ai fait mes preuves et que je suis compétent. Enfin, c'est ce que m'avait dit Guyot quand on s'était vu la première fois. En fait, il avait confondu avec l'autre, rapport à mon nom et ma moustache aussi. L'autre, je l'ai jamais rencontré en vrai. Mais moi, je suis super fier d'être tout comme lui. C'est comme qui dirait mon copain imaginaire à moi sauf qu'il est en vrai.

Enfin bref, ce job c'est pas plus mal, ça dépanne quoi. Et pis c'est sympa, on voit du pays et les gars sont gentils en général. Sauf Beckhamescu, lui je l'aime pas trop. Mais comme il fait beaucoup mon boulot, j'dis trop rien. Alors je sais pas si plus on est moins il y a de boulot, toujours est t-il qu?il en est que j?ai de plus en plus de temps libre. Ce que je fais en général, une fois la séance d?entraînement terminée, je vais traîner un peu chez Dédé, le rade de mon pote Dédé qu'il s'appelle donc. On joue au baby, on lit l?équipe, on refait le monde. C?est bien, mais ça tue pas l?après midi.

Depuis peu, le soir, quand je rentre chez moi, j?écris. En quelque sorte, je me mets à tenir un espèce de carnet de bord. Je note mes impressions d?entraîneur sur la vie du club. Et puis un jour sur internet, j?ai découvert qu?on pouvait mettre son journal en ligne. Je suis tellement accro que j?ai convaincu Monique qu?on avait besoin de l?ADSL (non, c?est pas le nom de mon prochain club ; à Brest je suis bien) à la maison. Du coup, j'ai voulu raconter ma petite histoire, y'en a bien qui le font alors qu'ils ont rien d'intéressant à dire.

Tiens, du coup, ça me plait bien ça aussi. Il faudrait que j'vous raconte comment Monique elle fait trop bien la cuisine (une choucroute mon copain tu m'en diras des romans) et mes vacances aussi.
2Pac died because he lived the thug life. This 6 pack is going to die because I live the chug life.

Avatar de l’utilisateur
Madoff
Messages : 3260
Enregistré le : 15 nov. 2008, 00:00

Excelle en excellence

Messagepar Madoff » 27 mars 2009, 14:16

[center]Image[/center]

Livre I, Episode 13

En Septembre, les feignants peuvent aller se pendre


A la fin du mois, y'a Guyot qu'est passé dans mon bureau. Il m'a dit comme quoi il attendait mieux de moi. Moi, c'est pas pour faire de la mauvaise volupté mais j'ai un peu l'impression comme quoi j'étais déjà au maximum sauf que je lui ai rien dit, de peur qu'il s'énerve encore tout rouge. Guyot tout rouge, c'est pire que le nez rouge des clowns de Zappata.

En plus, il a pas trop apprécié comme quoi son comptable faisait un peu la gueule. J'ai trop rien dit mais un comptable qui fait la gueule c'est comme qui dirait un double emploi. Du coup, j'ai pris des mesures drastiques comme ils disent sur i télé. J'ai dis au revoir au Poyet qui a fini son prêt tout de suite maintenant. Ensuite, Beckhamescu a voulu faire le suce kiki et a résilié le contrat d'un gardien de 29 ans qu'était sur le banc en cfa. Moi, faut pas m'chauffer, ni une, ni une, j'ai vendu Anthony Gauvin un papy libéro pour 525K? chez Courbisse la malice à Ajaccio. Malin, j'ai bien fait d'écouter tous les jours la minute boursière de Rires & Chansons.

Et pan ! 4 ? 0 dans la musette pour les gueugnonnais. C?est qu?on sait recevoir à Brest, on voulait pas qu?ils rentrent chez eux les mains vides. Plutôt que de les faire repartir avec des crêpes et du chouchen, on leur a collé quatre pions dans les valises ! Avec des bagages aussi lourds, si ça trouve, ils n?ont toujours pas décollé de l'aéroport ! Bon, faut être honnête, c?était pas bien dur. Ok c'était les loosers des derniers du classement mais on a joué à 10 depuis la 20e à cause de que Jeannel met des coups de coudes mais juste devant l'arbitre. Viale signe encore un doublé. Il rigole pas lui, il a du prendre un peu de Benzema quand il était à Lyon. Sène met une minasse de loin et De Carvalho brille encore avec ses pompes. C'est qu'il commence à devenir Jimmy Briand.

Plaisir d?offrir, joie de recevoir. C'est comme ça qu'ils disent dans la pub. Pour Bastia, Guyot avait décidé d'un commun accord avec son cul que c'était porte ouverte pour les spectateurs. « Demi tarif ! » qu'il m'a dit. Moi, j'aurais préféré qu'il me paye un demi au bar mais il avait pas l'air chaud. Du coup, la pression je l'avais dans le slip plutôt que dans mon verre. Jeannel était suspendu (pour 3 matchs, ils rigolent pas à la ligue) et remplacé par Josse. Pareil pour Stinat par Kantari.

Monique me dit souvent que physiquement, je ressemble à Coluche s'il était encore en vie (mais sans la salopette et plus avec la moustache). Mais j'ai pas que la bouille de Michel, j'ai aussi son art de raconter des blagues. Du coup, dans le couloir en croisant Pentecôte, j'lui ai dit « Eh Xavier ! j'ai croisé le glacier Thiriez, il m'a dit que tu pouvais pas joué ». « Ah bon ? » qu'il a rétorqué le bastion. « Ben ouais, c'est férié la pentecôte. » Du coup, il l'a pris de travers et nous a claqué un quadruplé dans notre tête d'un coup d'un seul. Heureusement, moi aussi j'avais des canonniers à défaut de boire des canons. Collet + Viale + Casartelli + Josse = 4-4. M'enfin, j'vais aller râler à la ligue. On m'a dit qu'on avait gagné un point alors que j'ai fait le calcul, ça doit faire dans les 1,5 points le partage. Ben ouais, j'calcule comme Einstein, rapport à sa moustache.

Ensuite, on est allé à Troyes. Troyes c'est déjà chiant une fois, mais quand faut y retourner une seconde fois, j'te raconte pas. En fait, si j'te raconte sinon ça sert à rien que tu lises. Masson, Sène en contre dans les arrêts de jeu et ni vu, ni vu on repart avec la victoire en poche. Ils tiraient un peu la gueule les troyens comme quoi ils étaient 4e au classement et qu'on les a un peu volé. Du coup, ils ont blessé Masson pour 1 semaine et Viale notre Ronaldo rien qu'à nous pour 1 mois. Dur. Rien que pour se venger, moi j'te le dis je l'ai en travers de la bouche cette histoire pas drôle.

Pour finir en beauté le mois de septembre, on recevait Niort. Comme il y avait plus grand monde en attaque, j'ai mis deux pointes: Socrier - Ayité. Il y a de quoi leur filer les miquettes au niortons, rien que pour leur montrer qu'on était pas des biquettes. Et ben tu me croiras ou pas mais ça les a motivé mes joueurs, en plus qu'il y avait la télé, Balbir et tout le tintamarre. Et bam, Socrier signe un doublé, et avec ses pieds en plus. Ma parole, des engins comme lui, faudrait être fourni avec une notice. Et Ayité finit le travail pour faire 3-0. Une attaque comme ça c'est plus la croix et la manière.

6 points en 2 matchs ! Ça fait 3 points par match pour ceux qui ont des problèmes avec les maths ou encore deux victoires de suite pour ceux qui connaissent que dalle au football. Et ça à Brest c'est rare. Rare comme un appel croisé de Socrier ou un passement de jambes de Masson.
2Pac died because he lived the thug life. This 6 pack is going to die because I live the chug life.

Avatar de l’utilisateur
Madoff
Messages : 3260
Enregistré le : 15 nov. 2008, 00:00

Excelle en excellence

Messagepar Madoff » 27 mars 2009, 14:16

[center]Image[/center]

Livre I, Episode 14

Inter-ludge II: la tête en vrac et broc


Salut les amis ! Et ben, ça fait longtemps que j'ai pas de donné de nouvelles. C'est que j'ai eu pas mal de boulot en fait. Et pas de quoi être bien joyeux.

Alors là, vous vous demandez comment c?est-y que ça se fait que la semaine dernière j?pête la forme à claquer du petit pont à Beckhamescu (sans exagérer hein, tu m'connais) et que là, patatra, j?ai une mine si timorée que je pourrai tourner dans un film dramatique moldave réalisé par un dépressif russe à tendance suicidaire ?

Vendredi, après la victoire, les jeunes du groupe on dit qu?il fallait fêter ça. Et vous connaissez Guytou : c?est pas le dernier pour la chignolle ! Je monte en voiture avec Collet (c?est le moins fatigué de tous après les matchs, moi, ça me rassure sur sa conduite) et je m?attends à descendre en ville histoire de siffler un ou deux panachés (Monique n?aime pas trop quand je bois alors je tourne au panach? ou au monaco).

Et bah non ! on s?est retrouvé dans une grande salle avec plein de jeunes personnes qui dansent sur une musique tout comme si elle venait du futur. Tequcomik que ça s?appelle la soirée. Bon, moi, j?suis pas le dernier pour taper le pas de danse alors malgré que je connaissais pas trop la musique, j?y suis quand même allé de mon petit pas de disco. Vous auriez vu ça : je crois bien que mon déhanché à la Elvis a marqué les esprits d'une croix blanche.

Au bout d?un moment, j?commence à avoir un peu mal à la tête : à crier du banc de touche pour replacer tout le monde et à danser le disco sur de la musique composée par Igor et Grichko Bogdanov, ça commençait à tourner.

Là, un jeune tout gentil et très serviable voit un petit peu ma détresse et m?offre dans un élan de sympathie un efferalgan. Après je me souviens plus de rien. Le lendemain à l?entraînement, De Carvalho m?a regardé avec respect et m?a dit : « Wesh stach-mou, t?es un seigneur, comment t?as assuré au mix. Lancer le pogo dans une soirée electro c?était hype. » J?ai rien compris et depuis j?ai mal à la tête.

Du coup, comme j'voulais pas rester en rade (de Brest), je suis resté plus longtemps à la maison, me reposer avec Monique. Après, je me suis dit que je pourrais en profiter pour parler ciné, avec Monique, on aime bien se faire une petite séance de temps en temps, et je pense que c'est sympa de partager mes impressions avec vous, j'essaierai de le faire régulièrement le plus possible.

Alors voilà un film que j'ai vu dernièrement, et que je vais essayer de vous raconter un peu. Ça s'appelle La Fureur de vaincre, avec dans le rôle principal évidemment : François Masson (un titre comme ça, moi j'ai immédiatement pensé à lui).

Niveau histoire, rien de bien surprenant, puisque la plupart du temps, on voit François faire des prises de karaté. Comme sur un terrain de foot en gros. Sauf que là, ça se passe en Chine, alors les mecs ils s'y connaissent un peu en karaté, et ils se défendent mieux que les attaquants de L2 (y'avait que Oguro à Grenoble qu'était capable de soutenir la comparaison, mais il s'est barré sous prétexte qu'il avait pas que ça à foutre). Par contre, j'ai bien regardé, mais apparemment, Nicolas Ouédec n'apparaît pas. Je me disais que peut-être, comme il a été en Chine, ils auraient pu le faire jouer, mais il devait être que remplaçant.

Alors ça rigole pas dans le film, parce que contrairement au foot, ils ont le droit d'utiliser des armes, des épées et tout, et François il s'en donne à coeur joie. Tu m'étonnes, y'a pas d'arbitre, alors il en profite. Voilà, c?est à peu près tout ce qu?il y a à savoir sur ce film. A bientôt les coupaings !
2Pac died because he lived the thug life. This 6 pack is going to die because I live the chug life.

Avatar de l’utilisateur
Madoff
Messages : 3260
Enregistré le : 15 nov. 2008, 00:00

Excelle en excellence

Messagepar Madoff » 27 mars 2009, 14:17

[center]Image[/center]

Livre I, Episode 15

Inter-luge III: mais pas le temps de faire du ski


Fidèles amis, j'abandonne cinq minutes ma Monique, la famille et mon plat de choucroute pour vous laisser quelques mots.

J'ai une grande nouvelle à vous annoncer. dédé et moi, c'est fini. L'autre jour, en sortant de l'entrainement, j'ai croisé le président, qu'il m'a expliqué qu'il en avait gros, que je devais être considéré en tant que tel. A cause que soit-disant ma sortie avec les jeunes en boites c'était la goutte d'eau qui fait déborder le ricard, je devais avoir un comportement exempt et l'aire. Du coup, j'ai été obligé de quitter mon cher dédé pour prendre ma retraite troquetistique.

Alors du coup, j'ai été obligé de rester dans le coin du stade, histoire de montrer autre chose que mon poil dans la main. Alors du coup, je me suis enfermé dans mon nouveau bureau pour réfléchir tout ce que je pouvais. Mais le truc c'est que Beckhamescu arrêtait pas de m'envoyer des sms pour me demander "alor ta re-bu? lol " rapport à un pari qu'il aurait fait entre staffeurs et jardiniers et à chaque fois la sonnerie de cindy sander me déconcentrait alors j'ai dû éteindre mon portable.

Mais rassurez-vous mes amis ! J'ai une volonté de fer comme gaston, digne d'un jimmy briand des grands soirs, et j'ai replongé le lendemain soir comme un papi atteint d'alzeihmer qu'a déjà oublié et qui se retrouve avec une dizaine de baguettes le matin. Mais attention, comme quoi j'ai une réputation à tenir haute, je suis allé en face, un petit rade bien sympa et le patron m'a déjà dans l'?il et j'peux en boire des canons au collimateur. Le Péno' qu'il s'appelle, ça s'invente pas hein...

Bon, bref ça y est, j'ai pu retourner à mes moutons qui gambadaient autour du terrain d'entrainement. Parce que niveau foot, c'est qu'on est fort. On a fait 1-1 chez les copains de michelin, clermont, même qu'on s'est un peu fait voler par les bibendums en se faisant rejoindre juste avant la fin. Ensuite, on a pété net et sans ratures Angers 3 à 0 et 2-0 chez les pingouins de Libourne. C'est marrant ces surnoms. Moi, un moment, j'étais allé proposé les mi-éléphant, mi-hot dog et re mi-éléphant derrière mais le président a pas voulu. Comme quoi les bi-gouts et les douleurs...

Tiens, ça m'fait penser que j'avais noter quelque part une blague pour toi que jean-pierre m'a raconté au péno'. "Hey mon guytou ! Tu sais comment il demande l'heure le serpent ?" qu'il m'a lancé l'autre jour. Non que j'lui réplique dards tard, que j'lui donné ma langue au b?uf. "Ben, il dit: quelle euh reptile ? Ahahahahahah" Du coup, comme il rigole fort le jp, j'ai fait pareil sauf que je l'ai pas trop comprise non plus. Il est marrant le jp, tellement qu'au péno' ils l'appellent jean-pierre bac-rit.
2Pac died because he lived the thug life. This 6 pack is going to die because I live the chug life.

Avatar de l’utilisateur
Madoff
Messages : 3260
Enregistré le : 15 nov. 2008, 00:00

Excelle en excellence

Messagepar Madoff » 27 mars 2009, 14:18

[center]Image[/center]

Livre I, Episode 16

Retour à la case des parts de gâteaux


Salut les copés ! Eh oui que qu'vous dites, re'vla ti pas que guitou qu'il reprend son plus beau bic quatre couleurs pour vous. On s'était donné rendez-vous dans une semaine pile poil comme elle dit la chanson de l'homme qui dégaine la quinte flush plus vite que Fabien Barthez et Thierry Roland réunis. Sauf que j'ai eu des petits blèmes doudou dis donc.

En fait, il était une fois un gars qui... ah non en fait, c'est plus tôt que ça. Donc l'histoire commence quand papa plante la petite graine dans maman... ouais non c'est ptetre un peu trop tôt du coup. Donc je vous avais quitté vers mi-octobre par là à peu près. Mon grand rêve de l?époque, en dehors d?embrasser la femme de Beckhamescu sur la bouche sous le préau derrière le stade d'entrainement, c'était juste de faire mon boulot correctement. Tu me diras, rien d?extraordinaire jusque là, sauf qu'à Brest c'est pas tout pareil que partout autrement. J'en pouvais plus de réfléchir sur comment que l'équipe elle pouvait bien joué alors je suis allé voir notre président, vu que le réfléchissage, c'est son truc.

Sur le moment, je l'ai un peu dérangé parce qu'il discutait avec Pouliquen. Crois-le ou pas mais Pouliquen, c'est un gars qui, en plus de faire descendre en lose2 les équipes qu'il a à lui, ben il a joué à Brest. Mais à quoi il a joué, ça on sait pas encore tout à fait. Une sorte de mélange entre le subbutéo et le curling. On sait pas. En me voyant, le président il a soupiré et ma demandé ce que je voulais encore, il a bien insisté sur le "encore" rapport à la fois d'avant où j'étais venu lui demander c'est quand qu'on mange.

Alors je lui ai dit que je cherchais un moyen d'entrainer, un vrai qui gagne les matchs et qui serait gentil avec moi et tout. Mon vieux, ça a fait ni une ni deux. Ma parole, Guyot il doit avoir une calculette Texas Ranger à la place du cerveau. Il m'a dit que j'avais qu'à prendre quelqu'un qu'il m'a dit. Sur le coup, j'ai pas bien compris de quoi qu'il causait. J'ai dit "Carla Bruni ? Quelqu'un qui m'a dit, c'est celle qui chante ça non ?" Il m'a fait "Non, l'autre." J'ai dit bon.

Du coup, j'étais bien embêté. Ben oui, toi aussi lecteur, t'as cru qu'il voulait que j'engage Nicolas Sarkozy comme coach sympa qui m'aiderait. Du coup, tout fier, je suis allé voir mon copain du télégramme de Brest, le torchon du coin à qui j'ai raconté en cranant que nous au moins on aurait des renforts de poids, et pas que Pierre Menès ou Guy Carlier.

Mon vieux, tu m'croiras ou pas mais toute cette histoire ça a fait tout un patafoin dans la presse ou un pataquès dans le foin je sais plus. Du coup, notre président, il a déboulé comme une boule de bowling dans mon bureau. "Tonnerre de Brest" qu'il a crié fort sur moi, que soit disant que il en avait marre de moi, que mon bilan il était pas mirifigue et que fallait pas le prendre pour une poire. Après, il s'est énervé en me disant qu'il fallait que j'lâche la grappe de raisin et que si c'était comme ça j'étais viré. Moi, sur le coup, j'ai pas tout compris sauf qu'il voulait faire une salade de fruits mais j'ai commencé à ramasser mes affaires comme il me l'avait dit. Je t'avouerais mon cher lecteur que ça m'a foutu un coup derrière l'oreille de ramasser le tableau de peinture que mémé m'avait fait quand elle était encore atteint de Parkinson.

Enfin, bref, depuis l'histoire, j'ai plus travaillé à Brest et le président a dit tout fier dans la presse des trucs pas très sympa comme quoi que j'étais rien qu'un tocard et un usurpateur aspirant ou un aspirateur usant je sais plus trop. Ensuite, il a pris bien fort le micro du journaliste et il a crié "cette fois j'en ai marre et quand j'en ai marre, je reprends janin." Du coup, c'est l'ancien gars que j'avais pris sa place qu'a repris la mienne. Le jeu des chaises bancales qu'on appelle ça.
2Pac died because he lived the thug life. This 6 pack is going to die because I live the chug life.

Avatar de l’utilisateur
Madoff
Messages : 3260
Enregistré le : 15 nov. 2008, 00:00

Excelle en excellence

Messagepar Madoff » 27 mars 2009, 14:19

Livre I, Episode 17

Les boules de Noel (ou la rencontre du troisième type, même s?il était tout seul)


Eh oui mes bons amis, c'est bientôt Noel, et qui dit Noel, dit pinard, sapin et dinde de chez Momo. Comme que maintenant j?ai le temps de m?amuser, rapport à mon chômage, j?avais décidé d?un comment accord avec mon chien de faire plaisir à ma Monique chérie et de m?occuper des courses, rapport aux cadeaux qu?on offre aux autres gens. Me v?la ti pas parti avec mon sac à dos Bob l?éponge (pratique pour planquer mes bouteilles de pinard, vu que ma Monique, elle aime pas quand je bois un godet) direction le supermarché du coin tout guilleret que j?étais.

Mon AX fin prête pour l?expédition, le dernier trente trois tours de Michel Sardou en boucle dans l?autoradio, sans oublier mes gestes de mon rituel. Ah ben oui, je vous ai pas expliqué. Un jour, alors que j?étais tranquillement en train de siroter une verveine à mon guichet de postier, v?la ti pas qu?une mégère vient me remonter les bretelles, comme quoi j?en foutrai pas une et que je devrais me bouger mon popotin sinon elle mettrai son pied dessus, de mon cul. J?étais jeune et insouciant à l?époque et j?ai fait comme que si j?étais sourd et aveugle en même temps. Du coup, j?ai imité Gilbert Montagné, qu?est les deux lui aussi. Là-dessus, la vieille s?est emporté autant que le vent et a crié fort sur ma tête : « Vous foutez pas de ma gueule !! Arrêtez d?imiter Amadou et Mariam, tout ça parce que je suis noire !!! » Sauf que, en plus la fille elle dit qu?elle est marabou et que ça va pas se passer comme ça, que je vais le regretter comme quand on perd Nanard Mendy au PSG.

Sur le coup, j?avoue, on en a bien rit avec les copains de La Poste mais tu me croiras ou pas, un jour, genre une semaine après ça, ben je me suis pris un poteau alors que je roulais avec ma regretté 4L tunnée. Bon, à 15km/h ça allait mais je l?ai pris comme tel et comme un coup du sort. Mes copains, ils vous diront que j?avais encore trop picolé mais moi je vous le dit, j?étais marabouté comme Djibril Cissé devant le but. Du coup, depuis ça, j?ai fais l?acquisition de dés en peluche pour ma tuture et dès que je rentre dedans, ben je touche les dés d?abord et caresse la tête du chien qui bouge sur la plage arrière. Et ben depuis, pas d?accidents, on me la fait pas à moi, parole de moustachu.

Enfin, bref, arrivé dans le supermarché, j?ai eu une illumination. Mon vieux, tu me croiras ou pas : la collection complète Johnny Hallyday : buste taille, tableau imprimé en carton agrémenté de jolies diodes rouges qui clignotent, horloge ou néon Johnny... de quoi être respecté par tous. Ni une ni trois, je commence à courir vers le fameux graal, en reversant en passage deux trois mamis à coup de caddie. Mais v?la ti pas qu?un gars à cheveux longs et une queue de cheval et un peu d?embonpoint se met en travers de ma route et prend la dernière collec dispo. Mon sang n?a fait qu?un tour sur lui-même et j?ai dit « eh machin !! tu vas dégager et fiesta, c?est moi que je l?ai vu le prem?s » Du coup, l?autre il s?est pas dégonflé comme Bibendum et il m?a rétorqué : « Vas donc manant, foi de chevalier Fridobec, tu vas voir de quel bois on se chauffe à Chalons en Champagne » et pis il a sorti son épée de sa grande chemise de nuit qui devait lui faire office de cape. Là, du coup, j?avoue qu?on l?entendait moins ma grande gueule mais comme j?ai vu un cahier qui dépassait de son chariot, je me suis jeté dessus et je l?ai balancé de l?autre côté du Super U. Mon vieux, l?autre il est devenu tout bleu et il a couru dans l?autre sens en criant « Mes tactiques chériiiiies, ou qu?elles sooooooooont ???? » et il a disparu d?un coup d?un seul après l?allée des charcuteries malgaches.

Comme je faisais pas non plus spécialement le malin, j?ai arraché le précieux et couru vers ma voiture. Vu que je suis un fan de bebel, delon et autres héros, j?ai fait tout comme dans les films et j?ai percé les pneus de sa twingo au type louche même s?il avait des lunettes. Du coup, tu devineras qui c?est qu?a fait le fier devant ses copains au bistrot Le Péno? avec sa toute nouvelle collec. Mon vieux, ils étaient tous envieux, et depuis c?est moi qui anime les soirées loto du coin. Dj Guy Tard qu?on m?appelle maintenant.
2Pac died because he lived the thug life. This 6 pack is going to die because I live the chug life.


Retourner vers « Les grandes plumes du forum »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité